Loading...

dimanche 31 juillet 2011

Quand Belharra rugit

Revenons sur ce 16 février 2011.

La rumeur grondait déjà depuis quelques jours entre spécialistes et autres passionnés du monstre aquatique.
Car la belle (ou la bête) sait se faire désirer et se montrer capricieuse, ne se dévoilant qu'une à deux fois par an et n'ayant plus daigné apparaître au large de notre cher temple basque ces deux dernières années.

Mais cette fois, elle était bien là...la très grosse dépression météorologique en attestait.


La marée étant ce matin là basse à 9h, le réveil fut donc très matinal pour la petite poignée de chevaliers capables de dompter Goliath.
Ainsi se retrouvèrent au port de Socoa tout logiquement la "Grande et Petite" famille des marins durs à cuire, les seuls capables d'apprécier et de gérer, tant techniquement que psychiquement, ce genre d'actions salées. Car si quelques passionnés étaient sur la corniche pour contempler le spectacle sur la terre ferme, pas plus de 10 équipages français dans l'eau...toujours les mêmes, inutile de les citer.

Certains soutiennent que le tow-in (ou surf tracté) constitue la mort du surf.
Si cette vision "puriste" des choses est compréhensible, il est impossible d'être aussi catégorique.
Le scooter ne sert ici que de rampe de lancement, les seuls bras humains n'étant pas assez puissants pour ce type de danse.
Quiconque pratiquant un peu ce sport et se mesurant à l'élément ne peut que respecter un tel degré de maitrise de soi, cette technicité d'une précision sans faille...et ce courage névrotique!
Nous pouvons juste souhaiter que les scooters avancent au bio-carburant et qu'ils inventent un moteur silencieux. La Commission européenne est d'ailleurs en train de durcir la loi en ce sens.

Laissons donc place à l'action et à la majestuosité.
Les lumières rasantes du matin face au front de nuages épais coloraient alors le mur d'eau d'un vert jade...  
Spectacle grandiose et démesure du surf. 


Là tout n'est que fusion et instantanéité.
Tout est Un.

Un grand merci à Surfsession pour cette vidéo sublime.



"Celui qui veut nager dans l'océan de vérité doit se réduire à zéro"


Gandhi

samedi 30 juillet 2011

Méditation

"Je te salue, Vieil Océan !
Souvent, je me suis demandé quelle chose était le plus facile à reconnaître : la profondeur de l'océan ou la profondeur du coeur humain !
(...) Oui, quel est le plus profond, le plus impénétrable des deux : l'océan ou le coeur humain?
Vieil océan, tu es si puissant, que les hommes l'ont appris à leurs propres dépens. Ils ont beau employer toutes les ressources de leur génie... incapables de te dominer. Ils ont trouvé leur maître. Je dis qu'ils ont trouvé quelque chose de plus fort qu'eux. Ce quelque chose a un nom. Ce nom est : l'océan!
(...) Ce patriarche observateur, contemporain des premières époques de notre globe suspendu, sourit de pitié, quand il assiste aux combats navals des nations. 
(...) Balancé voluptueusement par les molles effluves de ta lenteur majestueuse, qui est le plus grandiose parmi les attributs dont le souverain pouvoir t'a gratifié, tu déroules, au milieu d'un sombre mystère, sur toute ta surface sublime, tes vagues incomparables, avec le sentiment calme de ta puissance éternelle, pour nous avertir que tout est écume.
Ta grandeur morale, image de l'infini, est immense comme la réflexion du philosophe, comme l'amour de la femme, comme la beauté divine de l'oiseau, comme les méditations du poète. Tu es plus beau que la nuit. Réponds-moi, océan, veux-tu être mon frère?
(...) Pourquoi reviens-je à toi, pour la millième fois, vers tes bras amis, qui s'entr'ouvrent, pour caresser mon front brûlant, qui voit disparaître la fièvre à leur contact! Je ne connais pas ta destinée cachée; tout ce qui te concerne m'intéresse.
(...) Courage! Faisons un grand effort, et accomplissons, avec le sentiment du devoir, notre destinée sur cette terre. Je te salue, vieil océan!


Lautréamont

Interlignes II

Vent de terre...

Ciel à l'air...

Interlignes I


Lumière de mer...
   
 ...Océan d'hiver

Solitude

Si le surf peut constituer un moment délicieux à partager entre amis ou en amoureux, il revet peut-être son plus pure sens lorsqu'il est pratiqué seul.

Ni audience, ni égo, ni distractions.
Ne demeure alors plus que l'essentiel.

L'auteur de cette petite pépite n'est autre que Nathan Oldfield, le photographe / cinéaste de surf le plus talentueux de notre temps.

Solitude from Nathan Oldfield on Vimeo.


"Why you surf is more important than how you surf"

Nathan Oldfield

vendredi 29 juillet 2011

Pâtés de sable


"Dans chaque enfant il y a un artiste.
Le problème est de savoir comment rester
artiste en grandissant."

Pablo Picasso.


Un artiste de l'effet-mer...
...de l'ici et du maintenant...

Que de plus temporaire en effet qu'une oeuvre d'art qui s'efface au grès du vent ou des vagues...

mardi 26 juillet 2011

Dark side of the lens

Mickey Smith fait partie de ces hommes de l’ombre du surf : ceux qui sont de l’autre côté de la caméra, de l'autre côté du miroir cher à Lewis Caroll…
Ceux qui passent, inlassablement et sans relâche, des heures à se faire brasser et macher dans les vagues pour prendre une seule image...une seule goutte d'éternité.

Dans ce court-métrage lumineux malgré des conditions de surf obscures, nous découvrons un personnage vivant passionnément son métier malgré le peu de reconnaissance financière qu’il lui apporte.

Un pénitent aquatique.


"Va te battre avec la mer, attache à tes talons
les ailes de l’audace et de la force qui réside en
toi, affronte les rouleaux, maîtrise les et
chevauche leur cime comme il convient à un roi."

Jack London